jeudi 15 avril 2010

La faim dans le monde,un crime a l'humanité


Introduction : 815 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. Ce chiffre diminue en moyenne de 6 millions par an. Mais il faudrait que cette baisse passe à 28 millions pour réduire de moitié le nombre de personnes mal nourries d'ici à 2015 On sait que le progrès technique a permis, dans les pays développés, de multiplier par dix les rendements à l’hectare cultivé, tout en diminuant de 9/10èmes également la population employée à cultiver ces terres. Les pays développés disposent de larges excédents de céréales, de produits laitiers, de viande, dont ils ne savent que faire. Dans les pays pauvres eux-mêmes, la production alimentaire et les rendements progressent, permettant souvent à ces pays d’être auto suffisants, voire de devenir exportateurs : voyez le cas du Brésil où des poches de malnutrition subsistent pourtant dans le « Nord-Este » ou du Vietnam.
Le problème est que, dans des pays où les réseaux de transports sont faibles, voire inexistants dans certaines zones, il est très difficile d’acheminer les excédents des uns vers les populations en état de déficience alimentaire. L’exemple de Madagascar le montre bien : cette ile, vaste comme la France, et fertile, dispose globalement de ressources alimentaires suffisantes, mais plus du tiers de sa population est sous-alimentée, car elle est incapable de transporter, en période de crise, la nourriture des provinces du nord vers les provinces du sud, plus sèches.


(1)Il y a deux ans, alors que la crise alimentaire couvait déjà, le forum de Davos n’avait consacré qu’une petite conférence à cette question. Le Forum semble vouloir se rattraper cette année en y consacrant quatre rencontres dont l’une, avec Bill Gates, vient de se dérouler dans le grand amphithéatre.Rien de très nouveau pour les spécialistes. L’enjeu est de doubler la production d’ici 2050 pour nourrir les neuf milliards de personnes. Néanmoins, quelques idées fortes se sont dégagées.
- 1) Primo: l’augmentation de la productivté (avec évidemment le débat sur les OGM) est indispensable mais ne saurait être la seule solution. Même si il n’y a aujourd’hui pas plus de tracteurs dans l’Afrique subsaharienne que dans la seule Thailande.
-2) Les droits de propriété sont un problème majeur. En Afrique, l’absence de titres de propriétés (notamment pour les femmes) empeche les paysans d’obtenir des prêts bancaires et d’investir. La Tanzanie tente une expérience: utiliser le GPS pour borner les terres cultivées et délivrer des titres de propriété reconnus par les banques.
-3) Investir davantage dans la production, c’est bien mais investir dans la gestion des récoltes est tout aussi important. En Afrique, 30% des récoltes sont perdus faute de capacité de stockage et de transport. Pourtant 5% seulement des investissements consacrés à l’agriculture sont des tinés à ce secteur.
-4) La déforestationfait partie du problème, pas de la solution. Virgilio Mauricio Viana, responsable au Brésil d’une fondation qui lutte contre la déforestation de l’Amazoniea été assez convaincant montrant que l’agriculture dépendant de la pluie et celle-ci dépendant des forêts, la déforestation nuit à l’agriculture. Mais si l’on ne veut pas accroître les espaces cultivés, il faut augmenter la productivité des terres.On peut certes également discuter des biocarburants et des régimes alimentaires carnés si peu durables, mais dix-huit mois après le sommet de la crise, il apparaît évident que les prix des matières premières agricoles ne devraient pas durablement baisser (ils restent assez élevés). Si les problèmes agricoles ne font plus la Une de l’actualité, la banque mondiale et les dirigeants politiques semblent avoirmalgré tout retenu la leçon: selon Jacques Diouf, patron de la FAO, la part de l’agriculture dans l’aide publique au développement est passée de 3% à 5% en deux ans. Une (petite) bonne nouvelle si elle se confirme.

(2) L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) publie régulièrement des statistiques et des cartes en ce qui concerne la faim dans le monde. De manière générale, la faim recule dans le monde, mais dans certains pays comme la République démocratique du Congo, elle gagne du terrain. Toute cette région de l'Afrique se trouve toujours dans la zone rouge, avec des centaines de millions de personnes en danger.

(3) Le manque d’action pour mettre un terme à la spéculation en matière de biens agricoles et les politiques d’encouragement sur les biocarburants ouvrent la voie à une réédition en 2010 et 2011 de la crise des prix alimentaires connue en 2008, affirme Olivier De Schutter, le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation, dans un entretien avec EurActiv. Le rapporteur de l’ONU explique que la quantité de production alimentaire est suffisante et que la faim n’est pas le résultat d’une production alimentaire dans des conditions inefficaces, comme l’affirment la plupart des scientifiques, des think tank ainsi que l’industrie agroalimentaire.

Conclusion : La faim est un attentat contre l'être humain. Elle est causée par des raisons structurelles et conjoncturelles. Elle a été présente dans toute l'histoire de la terre. Nous pouvons aider à la combattre en faisant des dons mais aussi en essayant de changer le monde. En somme, l’avenir de la faim dans le monde tient dans la volonté de chacun d’entre nous : si l’on ne trouve pas nécessaire d’agir, alors le problème restera entier si ce n’est aggravé ; en revanche, si chacun y met du sien et participe à une lutte sans merci pour un monde plus juste, ne laissant aucune chance aux inégalités, il serait possible d’assister à l’abolition de la faim dans le monde.

Site web (1) : http://lemaitre.blog.lemonde.fr/2010/01/29/davos-et-la-faim-dans-le-monde/
Article : Davos et la faim dans le monde

Site web (2) : http://www.populationdata.net/index2.php?option=article&aid=322&article=2009-01-20-Carte-de-la-faim-dans-le-monde
Article : 20 janvier 2009 - Carte de la faim dans le monde

Site web (3): http://www.euractiv.com/fr/pac/monde-menace-nouvelle-crise-alimentaire-2010/article-187709
Article : Le monde sous la menace d’une nouvelle crise alimentaire en 2010

1 commentaire:

  1. quelle était l'étiquette imposée de cet envoi???
    et bien sûr toujours pas d'article sur les énergies solaires!!!

    RépondreSupprimer